dimanche 14 octobre 2012

provisoire

© Tom-R





Dans la rue Cels, morne et silencieuse, je voyais la silhouette fragile de Louki et je me répétais que tout n'était que provisoire, qu'il fallait saisir les choses et les gens, ne rien laisser filer, jamais.

© Michèle Lesbre, Sur le sable, 2009

dimanche 23 septembre 2012

en attendant que Les beaux jours reviennent


- J'ai l'impression d’avoir raté ma vie.
- Ben non, tu m'as rencontré.
- Et tu crois que ça fait tout ?
- Ça serait quoi pour toi une vie réussie ?
- Fais pas chier mon amour. 


J'ai rencontré mon mari à un dîner où je n'étais pas invitée chez des gens que je ne connaissais pas. Dès que je l’ai vu, j’ai su que j'allais vivre avec lui, pourtant il était vert-de-gris. Immédiatement, mon sang s’est affolé, mes reins ont piaffé, ma peau m’a gratté, même mon sexe était énervé. Un sentiment d’apaisement m’a envahi et je me suis dit que c’était bien qu’il soit revenu. D’où ? Je ne sais pas. D’un autre siècle, peut-être, mon mari ressemble à un moine du moyen-âge.

samedi 11 août 2012

un jour audacieux

© Tom-R
 
Je prends le temps
Le temps des rêves
De cerfs-volants
Volant le vent
La pluie qui coule
C'est cool la pluie
Et puis je vole
Survole ma vie
Et puis je vole

Dans ma tête un jour audacieux
Faire le tour de la planète
Cours derrière si tu peux
Dans ma tête avant d'être vieux
Faire le tour de la planète
J'irai où je veux 


© Sophie Burande & Léonard Gogniat

jeudi 21 juin 2012

quelqu'un d'autre

- J'aimerais avoir ton talent pour sympathiser, dit-il.
- Il n'y a pas un peu d'ironie là-dedans ?
- Pas du tout. Pour me sentir à l'aise avec quelqu'un, j'ai besoin de bien le connaitre.
- Je ne me fie qu'à la première impression.
- Moi jamais ! Il m'arrive de changer radicalement d'avis sur un individu entre le premier et le second rendez-vous.
- La première impression est plus fiable que la deuxième, dit-elle, pour une raison précise : elle est le fruit d'une bien plus longue expérience.
Une des mille raisons de vouloir se réveiller avec Loraine tous les jours : l'entendre se lancer dans une discussion théorique à 7 heures du matin. Il adorait ses démonstrations alambiquées, surtout quand elle était allongée sur le ventre.
- Chaque personne que tu rencontres pour la première fois, tu la juges selon des critères mûris par quarante années d'expérience. C'est ton esprit, conscient et inconscient, qui analyse l'ensemble des signes émis par un inconnu; on peut aussi appeler ça l'intuition, et l'intuition est une mécanique complexe. En revanche, si tu le revois une semaine plus tard, ton expérience et ta réflexion n'auront pas plus d'une semaine. Suis-je claire ?
- Non.
- Je t'aime bien.
- Moi aussi.

© Tonino Benacquista

samedi 21 avril 2012

l'ami du défunt

J'ai eu le temps d'apprendre son nom : Ania. Elle était en dernière année des Beaux-Arts. Quelqu'un m'avait dit un jour qu'un type normal n'avait aucune chance d'être admis aux Beaux-Arts. Apparemment, il ne m'avait pas menti. Avec cette seule nuance que les gens bizarres sont toujours plus intéressants que les gens normaux. En leur compagnie, on court parfois certains risques, mais jamais celui de s'ennuyer.
© Andreï Kourkov